16 novembre 2023

Lecture et santé mentale

par

J’ai longtemps été attirée par l’univers de la littérature, c’est d’ailleurs ce qui m’a donné envie d’écrire et d’en faire mon métier. Pendant des années, j’ai commencé une liste incalculable de bouquins sans jamais vraiment les finir, ou du moins dans ma tête. Ce n’est que récemment que j’ai réellement commencé à me plonger dans la lecture, car cela m’a servi et me sert encore actuellement d’automédication psychique.

J’ai également toujours couvé une envie profonde de savoir, de connaître, de comprendre, sur à-peu-près tous les sujets possibles. J’étais typiquement l’enfant reloue qui demandait toujours “Oui, mais pourquoi ? » Aujourd’hui, j’ai 23 ans et cela n’a pas changé. Si je peux désormais affirmer que la lecture m’a servi dans la sphère sociale, elle m’a aussi particulièrement aidée sur le plan personnel. Relire des pages pour mieux les comprendre, attendre de finir mon livre avant de juger l’histoire qu’il contient, être patiente quand j’entame une œuvre de plus de 600 pages ; ce sont des choses que je m’efforce désormais de faire avec les êtres humains.

Pour ma première newsletter, j’ai choisi de traiter ce sujet car je pense sincèrement que la lecture peut s’avérer cathartique pour la santé mentale. Elle nous apprend autant sur les autres que sur nous-même et développe et apaise des traits en chacun·e d’entre nous.

Retrouvez les derniers articles

Les grand•es oublié•es des TCA, Avec Mickaël Worms Ehrminger

Les grand•es oublié•es des TCA, Avec Mickaël Worms Ehrminger

  SOMMAIRE  I. L’instant culture  • À l’écran  • Dans les oreilles  • À l’écrit • La question philo • II. Que dit la recherche ?  • Les TCA chez les hommes • Les TCA chez les enfants • Les TCA chez les sportifs • III. Boîte à outils À première vue, les troubles des […]

Pour en voir davantage et accéder à ce contenu, vous devez être membre du Safe Space de mūsae.

Déjà membre ? Je me connecte.