21 octobre 2021

Se refaire une beauté grâce au self-care

par

Crédit photo : via Shiny Diamond on Pexels.com

 

Vous connaissez le “self care” ? Vous en avez sans doute entendu parler à travers des posts sur Instagram promouvant le “Netflix and chill” ou en lisant des tips pour enclencher votre journée sur un “Miracle Morning” (le fait de se lever plus tôt le matin pour prendre du temps pour soi). J’ai eu l’opportunité d’en parler en live sur Insta avec Edwige Batantou et Mathilde Faivre, cofondatrices avec Anne-Louise Vigneau de la marque de shampoing solide Altercare. En discutant avec elles, j’ai pris conscience que la notion même de self-care allait bien plus que le cocooning. Elle a de nombreuses vertus pour la santé mentale.

 

(Re)voir le live avec Altercare

 

#1 UN CONCEPT AUX VOCATIONS MULTIPLES

 

La notion de self-care est un concept médical qui est apparu dans les années 1950 grâce à la théoricienne en soins infirmiers Dorothea Orem. Sa théorie, développée entre 1959 et 2001, est basée sur le fait que tou·te·s les patient·e·s désirent prendre soin d’elleux-mêmes, et qu’iels sont capables de récupérer plus rapidement et de manière plus globale en effectuant leurs propres soins personnels.

Le fait de prendre soin de son apparence joue un rôle clé dans le processus de reconstruction suite à une maladie grave. Nicolas Franck, psychiatre au centre hospitalier lyonnais Le Vinatier, admet qu’en psychiatrie « on travaille beaucoup sur l’esprit, mais l’image du corps est laissée de côté ». L’établissement a donc intégré une sociocoiffeuse et une socioesthéticienne dans son parcours de soins, pour encourager les malades atteints de troubles sévères (schizophrénie, autisme automutilant…) à se rétablir en leur renvoyant une bonne image d’elleux-mêmes.

Autre exemple à l’occasion d’octobre rose, le mois dédié à la sensibilisation du dépistage du cancer du sein, nombreuses ont été les initiatives pour mettre en avant toute la beauté et la force de ces femmes qui luttent contre la maladie. Le soin ici est double. Il passe par la sublimation des corps et la création d’une solidarité par la promotion d’une autre imagerie.

 

Ericka Hart (Sex educator – Racial/Social/Gender Justice Disruptor – Writer – Breast Cancer Survivor – Model – podcast: Hoodrat to Headwrap)

 

Le concept de self-care peut être lié à la représentation de soi mais pas seulement. Cela peut aussi être entretenu par des activités tournées vers autrui comme l’implication dans sa communauté, auprès de ses proches, l’engagement citoyen etc. Prendre soin de soi revient à s’impliquer quotidiennement dans des activités qui nous recentrent, nous créent des émotions positives et nous permettent de nous sentir utiles et reconnu·e·s. La rédaction de VICE US a d’ailleurs fait une étude en 2019 à ce sujet en mettant à l’honneur plusieurs témoignages de personnes qui expliquaient leur façon de prendre soin d’eux. Si vous souhaitez développer des tips pour prendre soin de vous en fonction de vos besoins, en voici ici.

Audre Lorde, poétesse, essayiste, féministe et militante lesbienne et afro-américaine avait une vision radicale du self-care. Pour elle, nous avons la responsabilité de prendre soin de nous avant de prendre soin d’autrui.⁠ Le self care radical est alors une façon pour les minorités de se positionner à contre-courant d’une société violente et oppressive qui voudrait les soumettre à une norme. Prendre du temps pour s’écouter, se rappeler qui l’on est ou ce dont on a envie, a une visée politique car c’est reprendre le pouvoir de choisir ce que l’on veut et se battre pour l’accomplir.⁠

 

 

#2 LE SYNDROME DE LA COMPARAISON ET DU DÉSESPOIR

 

Si le bien-être mental passe en partie par la représentation de soi les secteurs de la beauté et de la mode l’ont compris depuis longtemps. Nombreuses ont été les campagnes de pub qui représentent toujours le même modèle de physique à suivre : blanc, filiforme pour les femmes ou musclé pour les hommes (cf les pub Gillette la perfection au masculin tout un programme…) Tout ceci a laissé peu de place à d’autres standards de beauté, voire les a marginalisés. Or « il faut laisser à chacun·e la possibilité de faire des choix sur le marché de la beauté. Car finalement ne pas proposer ou promouvoir des produits adaptés à plusieurs types de peau ou de corps revient à nier totalement certaines identités et existences” comme l’exprimait Edwige de Altercare. En effet la comparaison incessante, amplifiée par les réseaux sociaux, à des représentations qui ne nous ressemblent pas provoque des effets délétères sur notre santé mentale. Le psychologue Américain Léon Festinger a théorisé le syndrome de la comparaison et du désespoir (Compare and Despair Syndromen expliquant les méfaits de ces comparaisons incessantes qui impactent notre estime de nous-mêmes et même notre identité.

 

 

Les grandes marques de cosmétiques ont bien compris qu’elles avaient une responsabilité indéniable dans la création de ce syndrome ; et ce d’autant plus que les nouvelles générations mettent au premier rang de leur préoccupation leur santé mentale. LVMH a créé Fenty avec Rihanna. Dove a été l’une des premières marques à se positionner sur les notions d’inclusion et de body positivisme avec Dove Real Beauty Pledge. Ou encore Revlon s’est associé à Gurls Talk, un forum de discussion créé par le mannequin Adwoa Aboah. Le psychiatre Jean-Victor Blanc était formel lors de l’émission Grand bien Vous Fasse sur France Inter d’Ali Rebeihi la semaine dernière : « La pop culture a souvent été à l’avant-garde dans la lutte contre les discriminations, même s’il ne faut pas pour autant que l’Etat se désengage »

 

Les marques nouvelle génération sont peut-être plus authentiques en la matière car leur positionnement embrasse dès le début un engagement concret .

Altercare 

 

Plutôt que de choisir sa cause entre environnement, inclusion sociale ou santé mentale. Altercare adopte une approche holistique et systémique des enjeux durables. La marque de soin capillaire met au cœur de son développement les notions de diversité et d’écoconception. Leur démarche est partie de cette réflexion : “En tant que consommateur·rice·s, on n’arrive pas à se reconnaître dans la façon de consommer. Même s’il y a la vie en dehors du mode de consommation, à travers le sport, les passions, les relations humaines par exemple, ce qu’on achète tous les jours ça nous définit presque plus”. Retrouvez toutes les actualités d’Altercare en vous abonnant à leur compte Insta et à leur prochaine newsletter.

Dégaine Care

La marque de cosmétique lilloise adopte aussi cette vision. Sa mission : aider chaque personne à célébrer sa personnalité unique pour sesentir à l’aise avec soi-même. Leurs produits sont naturels, eco-friendly et accessibles.
En parallèle, de ses produits, Dégaine Care crée aussi un espace “safe et bienveillant” qui cultive le bien-être mental à travers l’âge, les choix de vie, l’identité de genre, l’orientation sexuelle, la race, l’origine culturelle, les aptitudes physiques ou mentales. Dégaine Care est d’ailleurs en train de créer une association pour développer des ressources dédiées à la santé mentale. Pour en savoir plus ou donner un coup de main c’est par là .

Rare Beauty

 

 

Cette marque a été lancée par la jeune comédienne américaine Selena Gomez. Elle a fait de la santé mentale le cœur de sa ligne de cosmétiques. Elle-même touchée par la bipolarité et l’anxiété, elle a aussi développé un fond d’investissement « Rare Impact » où elle reverse 1% de ses ventes pour aider les gens à avoir accès à des services de santé mentale. L’objectif : récolter 100 millions de dollars d’ici 10 ans.⁠

Retrouvez les derniers articles

Santé mentale et entrepreneuriat

Santé mentale et entrepreneuriat

Lors d'un précédent live, nous évoquions avec les créatrices de Nous Fomo le sujet de la santé mentale dans l'entrepreneuriat. Un mot qui est tout autant,...

Santé mentale et éducation

Santé mentale et éducation

Prendre en compte le bien-être mental des élèves dans le parcours éducatif peut jouer un rôle décisif dans la lutte contre les inégalités scolaires. Pour...

Apprendre à déconstruire des murs

Apprendre à déconstruire des murs

Crédit photo : Jackson David sur Pexels.com Ça ne vous a pas échappé, on approche des présidentielles de 2022 et les débats n’ont jamais été aussi clivants et...